L’investissement dans le vin fait office de placement à long terme qui vous permet de consolider votre portefeuille patrimonial tout en y prenant plaisir. Il y a différentes méthodes permettant au particulier d’investir dans le vin. Toutefois, il existe des particularités et des risques qu’il ne faudrait pas négliger.

Investir dans le vin de façon traditionnelle

Investir directement dans le vin, et de manière confidentielle, est exclusif aux experts du domaine. Ces derniers peuvent se donner du temps et étudier minutieusement le marché dans l’espoir de dénicher la bonne affaire.

Investissement dans le vin : les cépages et vignobles à privilégier

Au lieu de chercher à identifier les petites bouteilles en grande quantité, il serait plus avisé de cibler le nom et les meilleurs millésimes. Les bourguignons ou crus bordelais sont ordinairement les plus populaires. En effet, les noms les plus reconnus sont un gage de sûreté pour de nombreux investisseurs. Leur production annuelle reste inchangée : de 15 000 à 20 000 caisses dépendant de la cru. On recense même quelques cuvées très rares disponibles en une centaine de caisses seulement chaque année. Du fait de leur consommation progressive, certaines bouteilles peuvent même gagner en valeur au fil du temps.

Face aux prix mirobolants rattachés à certains grands crus populaires, il serait probablement plus avisé de privilégier les “super seconds”. Il s’agit de cru secondaire valant entre 60 et 200 euros la bouteille. Le bordeaux demeure une valeur sûre mais les experts pourront très certainement le remplacer par d’autres bouteilles tout autant crédibles.

Néanmoins, il faut faire très attention. En investissant dans le vin, il s’agit de percevoir sa cave comme un placement financier. En conséquence, il vous faudra suivre les premières règles de la diversification. L’investisseur doit notamment considérer les facteurs géographiques et les millésimes.

L’investissement dans le vin : où s’approvisionner pour acheter ses bouteilles ?

Pour s’approvisionner en vin, il existe des primeurs qui pourront habituellement vous permettre de réaliser de bonnes opérations. Les primeurs se résument à acquérir au vigneron juste après la récolte. C’est alors que le vin est encore en plein processus de vinification. La livraison est faite ultérieurement.

Il est également possible de s’approvisionner directement auprès d’un producteur ou caviste. Ce choix dépendra de votre lieu de résidence et de votre temps disponible.

Les ventes aux enchères sont aussi une autre manière de vous approvisionner. Dans ce cas, le prix des bouteilles peut connaître une réduction variant de 20 à 50% comparativement aux circuits de distribution classiques. Si vous pensez investir un gros capital, nous vous conseillons patriwine.fr. investissementmalin.fr pourra également vous éclairer sur le sujet.